La Géographie du Canada et de sa diversité culturelle

Vous êtes ici : Accueil / 2 - Le Multiculturalisme Canadien / 2.3- L'Immigration au Canada / 2.3.2- Les Tendances Régionales de l'Immigration

2.3.2- Les Tendances Régionales de l'Immigration

La figure 3.2.1 montre le nombre d’immigrants  par province et territoire. La somme des barres (qui représentent les origines géographiques des immigrants) pour chaque province ou territoire nous donne le nombre absolu d’immigrants. La province de l’Ontario, où le nombre d’immigrants se situe à plus de 3 millions, domine de loin toutes les autres régions du Canada. Contrairement aux tendances démographiques générales (voir section 1.3.1), la deuxième province n’est pas le Québec mais la Colombie-Britannique, même si la population totale de celle-ci n’est qu’environ la moitié de celle du Québec. Ensuite viennent le Québec et l’Alberta. La figure 3.2.1 nous montre aussi l’origine géographique des immigrants, mais le graphique est un peu dense pour comprendre aisément et l’Ontario écrase les valeurs des autres provinces et territoires, alors chaque province fait l’objet de graphiques spécifiques en cliquant sur la carte dynamique.

Figure 3.2.1 : Pourcentage de la population urbaine née à l’étranger pour les villes principales du Canada.
Figure 3.2.1 : Pourcentage de la population urbaine née à l’étranger pour les villes principales du Canada.

En-dehors de quelques contextes spécifiques, et souvent historiques (construction de lignes de chemin de fer, exploitation minière…), la plupart des immigrés s’installent d’abord dans les grandes villes. Au Canada, les deux plus grandes villes du pays, Toronto et Vancouver, sont aussi les villes qui accueillent le plus de nouveaux arrivants. La figure 3.2.2 nous révèle que presque la moitié de la population de la ville de Toronto est née à l’étranger. Presque un habitant sur deux provient d’une culture non canadienne, et ceci dans le centre économique du pays. La statistique est impressionnante, surtout qu’elle ne prend pas en compte les enfants nés au Canada de familles immigrantes récentes. Ceux qui ont l’opportunité de visiter Toronto pourrait témoigner que la rue commerçante principale de la ville (Yonge Street) est un rassemblement mondialement multiculturel. Vancouver détient le deuxième rang à un peu moins de 40%. Dans les autres villes principales du pays, le pourcentage de la population née à l’étranger est de l’ordre de 20%. La ville de Québec est une anomalie statistique car sa valeur est de moins de 5%, très faible pour une ville de cette taille et richesse. Ceci est sûrement le résultat de facteurs politiques et culturels, où le Québec représente la bastion de la défense de la culture québécoise et francophone au Canada. Les grandes villes de l’est ont aussi des taux faibles, mais ceci pour des raisons principalement économiques.

Figure 3.2.2 : Origines des immigrants par province et territoire.
Figure 3.2.2 : Origines des immigrants par province et territoire.

Figure 3.2.3 : Origines des immigrants exprimées en pourcentage des immigrants de chaque province/territoire (la somme de chaque prov/terr. = 100).
Figure 3.2.3 : Origines des immigrants exprimées en pourcentage des immigrants de chaque province/territoire (la somme de chaque prov/terr. = 100).